Le Québec a encore brillé en termes d'emploi

Partager cette nouvelle sur :

13 février 2017

Le Québec a occupé le haut du classement au pays en matière de création d'emplois l'an dernier, mais il pourrait être difficile de répéter cette performance en 2017 en raison d'une multitude de facteurs, dont l'incertitude économique mondiale ainsi que la rareté de main-d'oeuvre.


En publiant son bilan annuel sur l'emploi, vendredi, l'Institut du Québec (IdQ) rappelle que 2016 s'est avérée l'une des meilleures années depuis 10 ans avec l'ajout de 89 500 emplois, principalement à temps plein.


Le Québec a dominé l’ensemble des provinces pour la création d’emplois. Avec près de 90 000 emplois créés, 2016 a été parmi les meilleures années en termes de création nette d’emploi au Québec depuis 10 ans. La majorité des emplois créés étaient à temps plein et dans le secteur privé.


La vigueur du marché du travail s’est améliorée de façon soutenue tout au long de l’année. Après un début d’année au neutre, la qualité des emplois a augmenté à partir de la deuxième moitié de l’année.


Comme c’est le cas depuis près de 10 ans, la création d’emplois en 2016 provient uniquement du secteur des services. Et le vieillissement de la population commence à se faire sentir : l’enjeu des prochaines années en sera davantage un de rareté de main-d’œuvre que de création d’emplois.



Un exemple international


Le Québec offre la meilleure performance parmi les provinces canadiennes pour la création d’emplois. Seulement la moitié des provinces ont créé des emplois. Les provinces riches en ressources (SK, AB, TN) ont continué à perdre des emplois. Seule la Colombie-Britannique performe mieux que le Québec lorsqu’on considère la croissance des emplois par rapport à la taille du marché de l’emploi (Croissance de l’emploi en 2016 : QC : + 2 %; CB : + 3 %).


Après trois années consécutives au point mort, la création nette d’emplois dans le secteur privé a augmenté de façon marquée en 2016. Bien qu’encourageante, 2016 n’a pas atteint les niveaux de 2010 et 2012 (deux années qui suivaient toutefois des années de pertes d’emplois dans le privé).


Rappelons au passage que le très influent média financier américain Bloomberg dressait récemment un portrait élogieux du nouveau boom de l’emploi de la province, prenant notamment pour exemple les avantages offerts par GSOFT, l’entreprise dirigée par notre collaborateur Simon De Baene. Le jeune PDG de l'éditeur de logiciels soulignait dans l'article qu’il y a une qualité de vie incroyable au Québec offrant un terreau fertile pour bâtir des organisations à succès: de bons ingénieurs, une grande créativité et un faible coût de la vie. Bloomberg mettait en avant que Simon De Baene prend le bonheur au travail sérieusement, au point d’en faire le sujet principal de son blogue sur LesAffaires.com.


Alors que le marché du travail est en cours de transformation, il sera intéressant de voir comment cela évoluera au cours des prochaines années.


Incertitudes pour 2017


Même si les prévisions demeurent «bonnes» pour 2017, le directeur associé du groupe de réflexion, Jean-Guy Côté, a expliqué, au cours d'un entretien téléphonique, qu'il y avait néanmoins «beaucoup d'incertitude», notamment au sud de la frontière, entourant l'année en cours.


Plusieurs craignent que les politiques protectionnistes du président américain Donald Trump, qui souhaite renégocier prochainement l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), aient une incidence négative sur le libre-échange ainsi que les exportations.


De plus, avec un taux de chômage ayant atteint un creux historique de 6,2 pour cent et une diminution de la population active, les enjeux entourant la rareté de la main-d'oeuvre risquent également d'avoir un impact sur la création d'emplois, selon M. Côté.

 

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/le-quebec-a-encore-brille-en-termes-d-emploi/593129

 

 

 

 

Retour à la liste des nouvelles