« Une petite séduction » pour chercheurs d'emploi en Beauce

Partager cette nouvelle sur :

17 juin 2015

Des immigrants installés à Montréal se rendent en Beauce aujourd'hui dans l'espoir de dénicher un emploi stable. Avec les départs massifs à la retraite, des jeunes attirés vers les grands centres et un taux de chômage à son plus bas, le problème de recrutement de la main d'oeuvre est criant dans la région.

Selon Emploi-Québec, 40 000 emplois seront à pourvoir en Chaudière-Appalaches d'ici les trois prochaines années, dont 600 de façon urgente en Beauce. La forte croissance économique des entreprises beauceronnes explique en partie ce manque de main-d'oeuvre.

Le coordonnateur du projet La Beauce embauche, Jérôme Gendreau, explique que l'immigration apparaît comme une solution prometteuse en région.

« C'est quand même un peu aberrant que dans une région comme Montréal il y ait plusieurs personnes qui ne trouvent pas d'emploi, alors que dans une région comme la nôtre on regorge d'opportunités », mentionne-t-il.

« Une des choses qu'on promeut c'est qu'il n'y en a pas de trafic, on a une qualité de vie de notre côté et c'est ce qu'on veut démontrer à ces gens qui viennent chez-nous. » — Jérôme Gendreau,  coordonnateur du projet La Beauce embauche

Installé à Montréal depuis plus de deux ans, Salah Zabli fait partie de ceux qui ont décidé de tenter leur chance en Beauce. « Je n'arrive pas à décrocher un poste fixe. À Montréal, c'est toujours du travail à temps partiel », dit-il.

« À Montréal il y a trop de concurrence. Peut-être qu'on va trouver d'autres opportunités là-bas. » — Malek Bervezouga

« Moi, qui suis chef de famille, j'ai besoin d'un emploi stable et donc j'ai décidé d'aller en régions. Et je trouve que c'est la région de Beauce qui m'offre cette opportunité », explique pour sa part Jean-Paul Guebe.

Des immigrants dans l'autobus qui les amènera en Beauce Des immigrants dans l'autobus qui les amènera en Beauce.  Photo :  Radio-Canada

Au programme de la journée : rencontres avec des employeurs, entrevues de sélection et aussi une visite de la région de la Beauce. Les participants se rendront notamment à Saint-Georges et Beauceville.

Le manque de main-d'oeuvre, qualifié ou non, a atteint des sommets l'an passé en Beauce. La problématique devrait s'accroître pour les prochaines années en raison, notamment, du vieillissement de la population.

Le taux de chômage en Beauce est actuellement l'un des plus bas au Québec alors qu'il se situait à 4.3% en mai dernier.

 

 
http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/06/17/003-immigrants-beauce-manque-main-oeuvre-petite-seduction.shtml

 

 

<

 

Retour à la liste des nouvelles