Laboratoires Paladin est vendue à une entreprise américaine

Partager cette nouvelle sur :

5 novembre 2013

Le fabricant de médicaments brevetés Laboratoires Paladin est parvenu à une entente en vue de se vendre à Endo Health Solutions, ont annoncé les deux sociétés mardi avant l’ouverture des marchés.


L’offre de 1,7 G$ représente un prix de 77$ par action. C’est une prime de 25% par rapport au cours de lundi.


« Il aura fallu environ 17 années de travail acharné à une équipe de grand talent pour connaître un succès instantané. Nous sommes fiers d'avoir réussi à réaliser 17 années consécutives de revenus record qui ont multiplié par 51 le cours de l'action de Paladin depuis la fondation de notre entreprise », commente Jonathan Ross Goodman, président du conseil de Paladin.


Paladin continuera d'être dirigée par son président actuel, Mark Beaudet, le co-fondateur de l'entreprise, conservera son siège social à Montréal et exercera ses activités au Canada sous son nom actuel.


Par contre, Jonathan Ross Goodman, le président du conseil, se retirera. M. Goodman est revenu, en mai 2012, diriger le conseil d'administration de la société qu'il a do-fondé en 1996, neuf mois après avoir subi un grave traumatisme cranien, lors d'un accident de vélo.


Paladin justifie d'ailleurs sa vente à Endo Health Solutions au besoin de collaborer avec une entreprise pharmaceutique de premier plan pour mener à bien l’expansion de son modèle d’affaires à l’international.


Paladin avait en effet a amorcé une nouvelle phase de son évolution qui offre à la fois du potentiel et apporte aussi son lot de  risque. Elle exporte son mode de fonctionnement dans des marchés plus prometteurs de l’Afrique et de Amérique latine.


En Afrique du Sud, Paladin s’est construit une nouvelle plateforme de croissance en fusionnant Pharmaplan, acquise en 2010, à une autre filiale Litha Healthcare, dont elle a 57,7 % des actions.


En Amérique latine, Paladin bâtit un réseau de ventes autour du traitement des infections bactériennes Binotal, dont elle vient d’acquérir les droits du géant Bayer.


La transaction devrait être conclue au cours du premier semestre 2014.


Un répartiteur de capital hors pair

Laboratoires Paladin est l’une de ces sociétés québécoises performantes dont on entend peu parler étant donné les particularités de son modèle d’affaires et la complexité des licences de médicaments.

L’entreprise acquiert des licences de médicaments délaissés par les grandes sociétés pharmaceutiques, les distribue de façon rentable dans son réseau canadien et réinvestit ses flux de trésorerie avec méthode pour nourrir sa croissance.

«Avec 34 % des actions, la famille Goodman pense en propriétaire, ce qui lui donne une vision à long terme et l’agilité de sauter sur des occasions rapidement. C’est l’un des meilleurs répartiteurs de capital que je connaisse », avait indiqué Matthew Beckerleg, de Gestion privée de placement Pembroke, en entrevue, avant l’offre d’Endo.

La société disposait d’une encaisse de 245 millions de dollars ou de 11,60 $ par action à la fin de son dernier trimestre.

Paladin distribue plus d’une centaine de médicaments dont la pilule du lendemain Plan B, l’auto-injecteur d’épinéphrine Twinject, la crème contre l’érythème fessier Zincofax, l’anti-douleur Tramadol, et le traitement de l’insomnie Silenor, par exemple.

Le secteur de la santé québécois se raréfie en Bourse

C'est la deuxième société du domaine de la santé qui disparaîtra de la Bourse québécoise dans les prochains mois. En septembre, Groupe Opmedic, qui exploite des cliniques privées en fertilité, a annoncé qu'elle fermait son capital. Lisez le texte Opmedic se privatise, le titre flambe


http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/biotechnologies-et-pharmaceutique/laboratoires-paladin-est-vendue-a-une-entreprise-americaine/563303#.UnpSgBCPBQI

Retour à la liste des nouvelles