Les investissements de l'industrie pharmaceutique innovatrice sont sous-évalués

Partager cette nouvelle sur :

27 mai 2013

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 23 mai 2013) - Pour la troisième année consécutive, une étude de KPMG commandée par Rx&D - Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada, a déterminé que les investissements en recherche et développement (R et D) réalisés par le secteur pharmaceutique innovateur du Canada continuent d'être invariablement sous-évalués, d'environ 34 pour cent pour 2012. Publié aujourd'hui, le rapport intitulé Résumé des dépenses en R et D et autres investissements de la part des membres de Rx&D en 2012, présente les résultats de la collecte d'informations de KPMG et brosse un portrait plus complet des investissements de l'industrie que les rapports publiés par le Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB) les années précédentes. On s'attend à ce que le Rapport 2012 du CEPMB affiche la même tendance.

"Ce rapport renforce l'engagement de notre industrie envers le Canada et les Canadiens. Avec des investissements de l'ordre de 1,1 milliard de dollars dans les sciences de la vie au Canada, notre contribution est importante et diversifiée", de déclarer Russell Williams, président de Rx&D. "Nous savons que nos activités génèrent des retombées de 3 milliards de dollars pour l'économie canadienne. C'est 46 000 emplois directs et indirects et environ 3 000 essais cliniques en cours."

Le Résumé des dépenses en R et D et autres investissements de la part des membres de Rx&D en 2012 brosse un portrait plus juste des contributions faites par les compagnies membres de Rx&D au Canada. De plus, le rapport démontre la nécessité pour le gouvernement du Canada de prendre des mesures immédiates pour moderniser les critères âgés de 26 ans utilisés par le CEPMB. Le CEPMB doit se conformer aux règlements en vigueur.

"Si le gouvernement croit vraiment qu'il doit faire rapport aux Canadiens sur les investissements pharmaceutiques en R et D, il a certainement l'obligation de corriger une méthodologie connue pour produire des résultats incomplets, erronés et trompeurs année après année", d'affirmer M. Williams.

Au-delà de la question des rapports, M. Williams souligne que l'industrie a relativement bien réussi à maintenir le niveau de ses investissements en dépit d'un contexte difficile. Il suggère que le Canada devra s'attaquer aux tendances inquiétantes concernant l'accès des patients aux nouveaux médicaments, au fardeau et à la redondance réglementaire, ainsi qu'à la protection de la propriété intellectuelle si nous voulons continuer à attirer des investissements internationaux.

"Nous savons que la tendance va dans la mauvaise direction et nous sommes résolus à la renverser - mais cela n'arrivera pas en l'absence de politiques publiques fortes" d'ajouter M. Williams. Ce rapport nous rappelle que l'avenir des sciences de la vie au Canada dépend de notre capacité à créer et maintenir un environnement qui encourage l'investissement avec les politiques publiques appropriées qui nous permettent d'affronter la concurrence mondiale et de stimuler notre économie du savoir."

"Nous comptons sur le gouvernement pour nous assurer que nos investissements sont fidèlement représentés - ils se chiffrent à 3 millions de dollars par jour - et d'appuyer les initiatives de politiques publiques qui peuvent aider à obtenir plus d'investissements internationaux en recherche et développement dans les sciences de la vie au Canada", de conclure M. Williams.

Parmi les exemples concrets d'investissements pharmaceutiques récents en R et D qui n'ont pas été entièrement comptabilisés par la méthodologie actuelle du CEPMB, on note :
--  6,5 millions de dollars de AstraZeneca pour appuyer la mise en place du
    nouveau centre de recherche en sciences de la vie de l'Institut NEOMED. 
--  La contribution d'Eli Lilly dans un nouveau fonds de 150 millions de
    dollars pour les sciences de la vie au Canada qui permettra le
    développement d'un nouveau modèle d'investissement pour soutenir les
    premières étapes de développement de médicaments et bénéficiera aux
    chercheurs, entrepreneurs, partenaires d'affaires et fournisseurs de
    services. 
--  L'investissement en capital-risque de GlaxoSmithKline consenti à la fin
    de 2012. GSK est l'un des partenaires du syndicat financier qui
    contribue à une large part des 35 millions de dollars amassés. 
--  L'investissement de plus de 190 millions de dollars de Hoffmann-La Roche
    en vue d'établir un centre international de développement pharmaceutique
    majeur. Ce projet comprend la création de 200 emplois hautement
    spécialisés. 
--  L'investissement de près de 6 millions de dollars de Janssen en appui à
    des centres canadiens de pointe, incluant le Vancouver Prostate Centre,
    le BC Centre of Excellence for HIV/AIDS, l'Ontario Institute for Cancer
    Research, et autres universités, chaires de recherche, centres
    d'excellence et hôpitaux de recherche. 
--  L'engagement de 35 millions de dollars de Merck à un Fonds de
    biosciences qui stimulera l'innovation pharmaceutique de demain,
    appuiera les sociétés de biotechnologie qui font de la recherche au
    stade préliminaire du développement de médicaments et attirera de
    nouveaux investisseurs du secteur des sciences de la vie. 
--  La contribution de 500 000 de dollars de Pfizer Canada à l'Alberta
    Innovates Health Solutions pour permettre à l'Alberta Pfizer
    Collaboration Fund d'identifier et d'appuyer des innovations
    prometteuses en soins de santé, de transformer des découvertes médicales
    en de nouvelles thérapies médicamenteuses et des produits de santé. 
--  L'investissement de Sanofi Pasteur dans un centre de recherche et
    développement de vaccins de 101 millions de dollars. Cet investissement
    permettra de conserver 300 emplois hautement spécialisés dans le domaine
    de la recherche des vaccins.

Le Résumé des dépenses en R et D et autres investissements de la part des membres de Rx&D en 2012 est disponible ici.

A propos de Rx&D

Rx&D est une association de compagnies de pointe en recherche pharmaceutique engagées à améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes grâce à la découverte et au développement de nouveaux médicaments et vaccins. Notre communauté représente les hommes et femmes oeuvrant pour plus de 50 compagnies membres et investit plus d'un milliard de dollars en recherche et développement chaque année pour alimenter l'économie du savoir au Canada, contribuant pour plus de 3 milliards de dollars à l'économie canadienne. Guidés par les pratiques de notre Code d'éthique, nos membres sont engagés à travailler en partenariat avec les gouvernements, les payeurs des régimes privés, les professionnels de la santé et les autres intervenants selon des règles d'éthique strictes.

Contact:
Isabelle Robillard
Relations avec les médias
613-236-0455 poste 831

irobillard@canadapharma.org

 

http://www.lelezard.com/communique-1874422.html


Retour à la liste des nouvelles